Édito de dimanche 21 juin 2020

Chers amis,

Nous voici arrivés au cœur de ce mois de juin que l’Eglise consacre à la dévotion au Sacré-Cœur, puisque nous fêtions vendredi la solennité du Sacré-Cœur de Jésus et samedi la fête du Cœur Immaculée de Marie.

Cette spiritualité du Sacré-Cœur trouve ses racines dans la Sainte-Ecriture particulièrement dans l’Évangile de Matthieu lorsque Jésus se présente comme « doux et humble de cœur » (chapitre 11) il ne cesse de le montrer tout au long de l’Evangile ; le Christ parcourant la Galilée va au-devant des gens, les touche, les réconforte et les guérit ; l’expression « cœur » est empruntée à l’Ancien et au Nouveau Testament pour exprimer la vie profonde de l’homme, avec tout à la fois son intelligence, sa volonté et sa sensibilité, la fine pointe de son être lorsqu’il est en contact avec Dieu. « Je mettrai ma Loi au plus profond d’eux-mêmes ; je l’inscrirai dans leur cœur. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. Je pardonnerai leurs fautes, je ne me rappellerai plus leurs péchés. » (Jérémie 31, 32-33). Dans le récit de la Passion de l’Évangile de Jean, Jean reposera sur le cœur de Jésus lors et de la dernière Cène lors de l’institution de l’Eucharistie et du sacerdoce puis lorsque le centurion transperce le cœur du Christ, d’où il sort du sang et de l’eau (chapitre 19).

L’Eglise contemplera toujours ce côté transpercé : « Nous venons ici à la rencontre du Coeur transpercé pour nous, d’où jaillissent l’eau et le sang. C’est l’amour rédempteur, qui est à l’origine du Salut, de notre salut, qui est à l’origine de l’Eglise. Nous venons ici contempler l’amour du Seigneur Jésus : sa bonté compatissante pour tous durant sa vie terrestre ; son amour de prédilection pour les petits, les malades, les affligés. Contemplons son Coeur brûlant d’amour pour son Père, dans la plénitude du Saint-Esprit. Contemplons son amour infini, celui du Fils éternel qui nous conduit jusqu’au mystère même de Dieu. »( Saint Jean-Paul II).

Le « Sacré-Cœur » est la révélation de l’amour de Dieu pour l’humanité. Cette expression riche de sens, qui renvoie au cœur de Jésus Christ, désigne la Personne du Fils de Dieu fait homme : c’est dire que dans le cœur humain de Jésus, brûle l’amour infini de Dieu pour les hommes. Ainsi, le Cœur du Christ est l’épiphanie de l’amour de Dieu. Par son Incarnation dans laquelle se profile déjà la Croix, Jésus manifeste l’amour du Père à travers sa vie d’homme. « Par son Incarnation, le Fils de Dieu luimême, s’est en quelque sorte uni à tout homme. Il a travaillé avec des mains d’homme, il a pensé avec une intelligence d’homme, il a aimé avec un cœur d’homme. Né de la Vierge Marie, il est vraiment devenu l’un de nous, en tout semblable à nous, hormis le péché. » (Concile Vatican II, Gaudium et Spes n° 22).

Au XIIe siècle, saint Bernard explicite la dévotion au Sacré-Cœur. Il en fait une dévotion à l’humanité du Christ, témoignant de son amour pour le monde. Toujours au Moyen Âge, elle se teinte d’une insistance sur la Passion, où l’amour du Christ se manifeste à travers ses souffrances et sa mort. Ensuite, Sainte Mechtilde et Sainte Gertrude, mystiques rhénanes du XIIIe siècle, contemplant le côté transpercé du Christ, ont donné naissance à une dévotion au « Cœur-Amour » du Christ. Saint Jean Eudes en 1648, célèbre pour la première fois une Messe du Cœur de Marie dédiée à Jésus, vivant en Marie. Il crée ensuite une célébration liturgique du Cœur de Jésus. Il y contemple l’amour du Père pour les hommes. Mais c’est au XVIIe siècle avec l’apparition de Jésus et de Son Sacré-Cœur à Sainte Marguerite-Marie Alacoque, qui adorait Jésus caché dans le Saint-Sacrement lorsqu’elle eut cette vision. « Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qu’Il n’a rien épargné pour leur témoigner son amour; et au lieu de reconnaissance, Il ne reçoit de la plupart que des ingratitudes, de l’indifférence et même du mépris dans ce sacrement d’amour » lui dira Notre-Seigneur !

Le Sacré-Cœur c’est le Cœur du Christ, vrai Dieu et vrai Homme. Dieu nous aime ! Voilà le message que nous avons à entendre ! Dieu vous attend les bras ouverts, Jésus a donné sa vie pour vous sur la Croix, Il est Ressuscité et aujourd’hui encore il veut vous donner tout son Amour ! N’ignorons pas l’amour de Dieu et répondons lui de tout notre cœur en réparant les offenses qui lui sont faites par nous et nos frères en redoublant d’amour pour Lui !

Abbé Vincent Schlatter de Pomphily