Édito du 27 mars 2021 – Dimanche des Rameaux

Chers amis,
Pendant quarante jours, nous avons préparé nos cœurs en nous mettant quotidiennement à l’écoute de la Parole de Dieu en accentuant notre vie sacramentelle, particulièrement en purifiant notre âme par la confession pour qu’elle soit apte à bien accueillir son Seigneur ; en donnant du temps à la prière ; en pratiquant un jeûne qui porte du fruit en s’ouvrant par le partage et le don, don de soi, don matériel…. Et nous voici désormais au dimanche des Rameaux et de la Passion qui ouvre la semaine sainte. Comme chaque année, les chrétiens vivent la Semaine sainte en s’appuyant sur des traditions et des rituels qui les aident à entrer dans le mystère de la Passion du Christ.

Au plan historique, les célébrations de la Semaine Sainte portent la marque des usages de l’Église de Jérusalem qui, à la fin du IVe siècle, revivait physiquement la dernière semaine de Jésus en mettant ses pas dans les siens : procession rappelant l’entrée triomphale à Jérusalem le dimanche ; évocation de la Cène le jeudi ; écoute de la Passion et vénération de la Croix entre la sixième et la neuvième heure du jour, le vendredi ; silence du tombeau, sans aucune liturgie, le samedi jusqu’à la veillée pascale. Se déployait ainsi, sur une semaine, tout le mystère du Christ qui était jusqu’alors contemplé, à la lumière de la résurrection, en une célébration unique la nuit de Pâques. Depuis la deuxième moitié du XXe siècle, la remise en valeur du Triduum Pascal insiste sur l’unité des célébrations du Jeudi saint, du Vendredi saint et de la Vigile pascale.

Regardons donc ce cheminement que l’Eglise veut nous faire vivre durant cette semaine :

  • Dimanche des Rameaux : Cette fête, qui fait mémoire de l’entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, inaugure la Semaine sainte. À la messe, ce jour-là, la communauté chrétienne se remémore cet événement avec une procession dans l’église et une bénédiction solennelle des rameaux. Pendant la célébration, on lit également le récit de la Passion.
  • Lundi saint : Dans l’évangile de la messe, Jésus rend visite à ses amis de Béthanie et Marie le parfume d’huile précieuse, comme pour le préparer à son ensevelissement.
  • Mardi saint : On approche de la Passion du Christ. Ce jour-là, la liturgie se concentre sur Jésus annonçant la trahison de Judas et le déni de Pierre
  • Mercredi saint : Alors qu’il s’apprête à trahir Jésus, Judas rend visite aux prêtres du Temple et promet de le leur livrer en échange de trente pièces d’argent.
  • Jeudi saint : 1- la messe chrismale : l’évêque réunit autour de lui les prêtres du diocèse et consacre les huiles saintes qui seront utilisées pour les sacrements de l’année à venir. Cette messe est traditionnellement célébrée le Jeudi saint au matin car elle est en lien avec le sacerdoce mais elle peut également avoir lieu les jours qui précèdent comme c’est souvent le cas. 2-la messe in coena Domini,le soir du jeudi saint est la fête de l’Eucharistie et du Sacerdoce qui sont indissociable. On y fait mémoire de la Cène de Jésus avec ses disciples et du sacerdoce qu’il leur donne. Il leur donne le « mandatum » (mot latin signifiant commandement) en référence au Christ qui, lavant les pieds de ses apôtres, leur a recommandé de s’aimer les uns les autres. À la fin de la messe, le Saint-Sacrement est porté en procession jusqu’au reposoir. L’adoration se poursuit pour s’associer à l’agonie de Jésus au Jardin des Oliviers. On ôte les nappes des autels et ornements de l’église. A partir de là, les cloches se taisent jusqu’à Pâques.
  • Vendredi saint : Jésus est amené devant Ponce Pilate puis il est condamné à mort. Il porte sa croix avant d’être crucifié au Golgotha. Ce jour-là, aucune messe n’est célébrée. Le Chemin de Croix nous permet de revivre les événements de la Passion de Jésus. Lors de l’Office de la Croix, on lit le récit de la Passion et on vénère la Croix. On peut recevoir la communion car des hosties, consacrées le Jeudi saint, ont été réservées à cet effet. Le Vendredi saint est un jour de jeûne et d’abstinence !
  • Samedi saint : C’est un jour de silence et d’attente. Jésus est descendu aux enfers pour ramener vers le Ciel les âmes justes mortes avant son sacrifice. Le soir, la Vigile pascale a lieu entre le coucher du soleil du Samedi saint et le lever du soleil de Pâques. Cette année la vigile aura lieu très tôt le matin mais toujours dans la nuit avant le lever du soleil ! La procession de la lumière permet aux fidèles d’entrer dans l’église, alors plongée dans l’obscurité, et le nouveau cierge pascal est allumé. La liturgie de la Parole rappelle toute l’histoire du Salut et les catéchumènes reçoivent le baptême. On retrouve l’Alleluia et le Gloria. Les cloches des églises se remettent enfin à sonner, car le monde doit l’entendre Christ est ressuscité !

Que cette semaine Sainte soit pour chacun un temps d’union profonde au Christ !
Abbé Vincent Schlatter de Pomphily