Mot d’accueil pour les obsèques du Père Jean GAILLEDRAT

Mot d’accueil pour les obsèques du Père Jean GAILLEDRAT le mardi 25 avril 2017 en l’église Notre-Dame de Vincennes

Mgr Santier, nous sommes dans la peine parce que nous avons perdu le Père Jean Gaillédrat pilier de sa nombreuse famille et si présent ici à Vincennes depuis 19 ans.

Nous sommes aussi dans l’action de grâce pour la vie et le ministère si fécond du  Père Gaillédrat.

Parisien, ordonné prêtre à 26 ans il a d’abord connu le diocèse de Paris comme vicaire et aumônier de lycée avant de rejoindre Vincennes où il fut aumônier du lycée Hector Berlioz et donna beaucoup de lui-même au moment de la crise de 1968 tant auprès des jeunes que des familles ou des enseignants. Plusieurs s’en souviennent encore !

Un certain nombre d’entre nous ont bien connu le Père Gaillédrat aussi bien à Paris qu’ici à Vincennes à cette période dont Pierre Cravatte, diacre de Paris ici présent.

Puis Il commença à sillonner le diocèse d’abord en étant encore aumônier de grandes Écoles dont l’École vétérinaire d’Alfort, et aussi vicaire à Sucy, puis comme curé successivement dans la vallée du Réveillon, à Bry-sur-Marne et à Charenton-Saint-Maurice et Joinville.

Dans tous ses ministères, Jean s’est toujours montré bâtisseur (cela lui venait sans doute de sa tradition familiale), mais aussi soucieux des jeunes et des laïcs auxquels il faisait confiance en les invitant à prendre leurs responsabilités dans l’Église d’aujourd’hui. Comme curé de Bry venant après lui, j’ai pu le vérifier !

Beaucoup sont présents ici ce matin venant de toutes ces paroisses et secteurs pastoraux de notre diocèse sans oublier ses frères prêtres, chanoines et diacres dont Benjamin Claustre de Charenton, Jean-Pierre Baconnet et Didier Bourdon. Merci à tous d’être ici ce matin.

Jean s’était réjoui de la tenue de notre synode diocésain. Comme cela est indiqué sur la feuille de célébration que vous tenez en mains, il a bien promu le thème du synode : « Avec Lui prendre soin les uns des autres et partager à tous la joie de l’Évangile. »

Jean était un bon compagnon au caractère bien trempé, bon cuisinier, aimant les contacts, bien présent dans nos célébrations.

Mgr Habert qui lui avait succédé à Charenton comme curé nous écrit ceci :

« En septembre 1997, Jean m’avait accueilli comme vicaire à Charenton. Je garde de lui le souvenir d’un pasteur dynamique et très attentif à son peuple. Étant devenu curé 4 ans après, j’ai mesuré combien son travail avait porté du fruit. Je pense notamment à la mise en route de nombreux laïcs. Mardi, je serai bien en communion de prière avec vous. »

Le Père Gaillédrat a aimé toutes les villes du diocèse qu’il a bien servies dont Vincennes : nous remercions M Laurent Lafon qui en est le maire d’être présent parmi nous ce matin.

Dans quelques instants, l’aube et l’étole signes du ministère sacramentel des prêtres ainsi que la croix de chanoine vont être placés sur son cercueil ainsi que des veilleuses apportées par les membres de la famille et des personnes provenant de tous les lieux où Jean a accompli son ministère.

 

Père Stéphane AULARD

Curé de Notre-Dame de Vincennes

Responsable du secteur pastoral Saint-Mandé-Vincennes

Approfondir votre lecture

  • Des « nouvelles » de l’Eglise

    Cette semaine nous vous proposons comme édito deux nouvelles qui nous ouvrent à l’Eglise universelle :
     la Journée Mondiale des Pauvres
    et   la nouvelle traduction du Notre Père

  • 1er Dimanche de l’Avent: la nouvelle traduction du Notre Père

    Une nouvelle traduction du Notre Père va entrer en vigueur le 1er Dimanche de l’Avent. Pourquoi ? « Ne nous soumets pas à la tentation »  devient  « Ne nous laisse pas entrer en tentation ».  Comment rester fidèle au texte grec C’est un verset très complexe à traduire (Mt 6,13 et Lc 11,4) car c’est une manière sémitique de […]

  • Commémoration de l’armistice du 11 novembre 1918

    Pendant des siècles en France comme en Allemagne et en de nombreux pays d’Europe on a célébré le grand Saint Martin le 11 novembre .Depuis le 11 novembre 1918 cette fête est un peu passée « à la trappe » ……
    Saint Martin était un soldat d’origine hongroise au 4ème siècle. Son père était déjà militaire et il fut enrôlé très jeune dans la garde impériale romaine à cheval, ce qui le conduisit en Gaule. …